J’ai grandi dans une famille de six enfants.

J’ai donc 5 frères et sœurs. J’en suis proche, je les adore.

Seulement, je sais que je souhaiterais être encore plus proche d’eux car je suis ultra famille, malgré le fait que cela ne se ressente pas lorsqu’on me voit.

Je pense avoir besoin d’eux car je ne suis pas trop « amis ».

Le peu d’amis que j’ai, je les considère comme une extension de la famille. Cela me permet aussi d’être moi-même avec eux.

En grandissant, je pensais plutôt ne jamais avoir d’enfants même si l’idée d’en avoir me semblait tout simplement logique.

Je savais au fond de moi que cela dépendrait énormément de la personne que j’allais rencontrer.

Fallait que j’ai un maximum confiance pour avoir ensuite des enfants et ainsi essayer de leur donner le meilleur foyer possible.

Cependant, je n’ai jamais été très « bébé » dans le sens où j’ai toujours été nulle concernant le fait de m’occuper d’un enfant : lui donner à manger, l’éduquer etc.

Mais j’ai toujours su que mon don est de gâter les personnes qui m’entourent, du coup y’avait au moins cela que je pouvais apporter à un bébé : le chouchouter, l’aimer et le gâter. Pour le reste, je priais mon créateur que je sois une mère un peu « normale ».

Lorsque j’imaginais ma famille idéale : je la voyais avec plusieurs enfants. Je ne voulais pas en avoir juste un seul, bien sûr si cela était possible.

Mon mari et moi avons à ce niveau là le même point de vue.

Il voulait aussi plusieurs enfants sachant qu’il a comme moi plusieurs frères et sœurs.

On savait aussi que l’on en aurait selon nos moyens pour pouvoir subvenir aux besoins des tous nos enfants sans problème.

Je tombe enceinte une première fois, une deuxième fois et enfin une troisième fois.

On est heureux, on se rend compte que l’on va réaliser notre rêve : celui d’avoir notre petite tribu.

Ma première grossesse arrive par surprise lors de notre voyage de pré-noce(concept inventé par moi pour avoir un Max de beaux voyages avant le véritable voyage de noce) à Venise après deux fausses couches.

Ma deuxième grossesse survient par une géniale surprise après un peu plus de 16 mois d’allaitement du premier bébé. On est plus qu’heureux.

Ma troisième grossesse arrive incroyablement malgré mon corps que je ne contrôlais plus à cause de l’alternance entre semaine normale et semaine de saignements abondants : je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et je ne comprends toujours pas cette horrible période.

Je vis cette troisième grossesse comme l’accomplissement d’un rêve. Mon mari est heureux, moi aussi. Je tombe enceinte plus rapidement que pour ma seconde grossesse, cela est sûrement dû au fait d’avoir allaité moins longtemps mon fils. En même temps je n’avais pas à être surprise car en ne prenant aucun moyen de contraception et en vivant avec mon mari ; et ben, une grossesse est juste une conséquence normale.

Avoir plusieurs enfants pour mon mari et moi est un projet que nous menons comme tel.

Il se réalise : je vais te dire que c’est tout simplement normale car on fait tout pour.

La réaction de mes proches 

Ma mère

Je l’ai annoncé dès que je l’ai su à ma mère : voyant l’horreur et l’étonnement s’inscrire sur son visage, je lui ai de suite dit que c’était une blague.

Les autres

« Tu dis souvent que tu es épuisée et que ton mari rentre tard : te fais-tu violer ou quoi ? »

Je réponds en disant aujourd’hui : et si c’était moi le violeur mdr !

« Tu as fait l’amour en ayant pour objectif de tomber enceinte, et ben… »

Je réponds aujourd’hui : au-delà du devoir conjugal etc., c’est sûrement pour avoir des noix de coco.

Enfin bref, depuis on m’a aussi posé une question, à savoir si c’est un accident et j’ai répondu :

Mon mari et moi sommes des personnes adultes, responsables et réfléchies : nous ne laissons aucune place au hasard et tout ce qui nous arrive concernant notamment mes grossesses est voulu et nous sommes donc fières, heureux et comblés.

N’est-ce pas là le plus important ?

Une troisième grossesse et alors ?

Certes rapprochée de la précédente mais je préfère en finir avec mes grossesses pour ensuite voir grandir mes enfants ensemble dans une harmonie totale et aussi plus tard, me consacrer à me trouver un travail épanouissant dans le but de m’y investir et de continuer ainsi à être une femme indépendante.

3 Comments on Un troisième et alors

  1. Reine
    13 juillet 2018 at 20 h 39 min (6 jours ago)

    Toutes mes félicitations mon cœur!!!❤️..
    Il n’y a rien de beau que de porter la vie et d’en donner. Dieu a un plan pour chacun de nous et rien n’est au hasard. Tu assureras à 1000% je le sais.
    Je t’aime ma Sisss d’amour

    Répondre
  2. Sonia.mathys.leiina
    13 juillet 2018 at 23 h 39 min (6 jours ago)

    Oh ma Princia je suis très heureuse pour vous, la jolie famille s’ agrandit et je vous souhaite tout le bonheur du monde.
    Plein de bisous, prends soin de vous !!

    Répondre
  3. Jess
    16 juillet 2018 at 14 h 00 min (3 jours ago)

    C’est comme tu dis ma sœur : ET ALORS ???
    Ces petits trésors que vous faites c’est pour vous , fonder votre famille et pas pour les autres . Vous ne leur demandez donc pas leur avis et encore moins leur consentement !
    Je suis tellement heureuse pour toi ma chérie , après ces pertes que tu as vécu et surmonté avec bravoure . Aujourd’hui t’as ta petite TRIBU : je suis FIÈRE et HEUREUSE pour vous mes adorés ! ❤️

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






*